C’est l’histoire d’un couple d’amoureux, de leur rencontre jusqu’à leur chute. Ce qu’ils vivent est un amour pas tout à fait ordinaire, un amour passionnel, un amour dévastateur au premier sens du terme. Cette pièce raconte un épisode du «terrorisme intime » comme l’appelle Hedda Nussbaum la femme américaine dont la vie a servi de point de départ à la pièce. C’est l’histoire d’une femme victime de violence conjugale, cette cruauté quotidienne qui va petit à petit tout dévorer et tout détruire.

Hedda, si timide et invisible, au début, grandit et s’épanouie grâce à l’amour que son compagnon lui porte. Mais l’autonomie et le succès qu’elle acquière grâce à lui va déséquilibrer l’interdépendance qui a soudé leur couple : lui fort et brillant, elle fragile et en admiration devant lui. C’est le début de la chute, le premier coup, la première vraie humiliation qui sera suivi par d’autres, puis d’autres… encore et encore.
Hedda, follement amoureuse de son bourreau, Hedda à la fois fragile et déterminée, Hedda pleine de doutes et de contradictions. Ce couple en disfonctionnement se loge et se développe, dans le secret et le silence, puis dans l’isolement et l’enfermement.

Lena Paugam alterne entre les mots d’une narratrice dont on n’a aucun détail,  les souvenirs d’Hedda et la vision de son compagnon : témoignages les plus objectifs possible, sans patho, sans drame, sans effet. Elle nous montre juste ce qu’il y a à voir, sans nous imposer quoi en penser. Pas de raccourci, pas de vérité prédigérée. Au lieu de dénoncer elle nous propose de creuser, de chercher à comprendre.
En sortant du schéma classique manichéen des histoires de violences conjugales cette pièce nous bouscule et nous force à réfléchir un peu plus en avant. Comment la violence naît-elle dans un couple ? Cet attachement indéfectible qui nous semble si irrationnel justifie t’il de tels sacrifices, de telles souffrances. Comment de telles atrocités peuvent-il exister s’il y a autant d’amour ? Quel est le cheminement dans la tête d’un homme pour agir ainsi ? Comment expliquer qu’une femme refuse de quitter un homme violent ?

La délicatesse de la comédienne et la précision de son jeu contraste avec la violence du sujet. Son doux sourire nous enveloppe et nous capte dès les premiers mots, presque chuchotés, de la pièce. La scénographie est très belle et le travail sur les lumières et les décors particulièrement soigné.
C’est une pièce engagée et intelligente que nous propose le duo constitué de Lena Paugam, comédienne et metteuse en scène et de Sigrid Carré-Lecoindre à l’écriture.
Une pièce utile !

Au Théâtre de Belleville jusqu’au 29 mars 2020

Mise en scène et interprétation Lena Paugam
Dramaturgie Sigrid Carré Lecoindre, Lucas Lelièvre, Lena Paugam
Création sonore Lucas Lelièvre
Chorégraphie Bastien Lefèvre
Scénographie Juliette Azémar
Création Lumières Jennifer Montesantos

Hedda

©Pauline Le Goff

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s